Rétribution du prix du lait – nécessité d’une réforme du système !

Ce mardi 1er juin, le Grand Conseil vaudois a soutenu à l’unanimité moins une opposition une détermination pour demander d’une part d’utiliser toutes les possibilités d’orientation du marché laitier afin de ne pas recourir aux importations de beurre étranger et d’autre part une refonte en profondeur du système de rétribution du prix du lait.

En 2020, la thématique du lait faisait à nouveau des vagues en Suisse. Et de grosses vagues. En effet, le lait devenu beurre, avec la bénédiction du Conseil fédéral et des plus gros acteurs de la branche, pouvait à nouveau provenir de l’étranger (d’Allemagne en l’occurrence). Ce sont pas moins 2800 tonnes, en deux temps, qui ont ainsi été importée, franchissant ainsi une ligne qui ne devrait pas l’être. La faute soi-disant à une consommation massive mise sur le dos de la pandémie.

A cela s’est ajouté que, plus que jamais, les consommatrices et consommateurs devaient être des experts « és loupe et détail de l’étiquette » pour pouvoir s’assurer que leur beurre soit bien suisse, et non allemand, même avec des marques connues, comme cela a été relaté dans divers médias. En effet, on peut par exemple voir le drapeau suisse et des indications contradictoires sur la provenance. Tout cela va à l’encontre d’une bonne information pour la clientèle, ainsi que de la politique menée par notre canton pour valoriser nos produits locaux.

C’est pourquoi en septembre 2020 j’interpellais le Conseil d’Etat pour une mise au point rapide.

Celui-ci répondit en janvier 2021 et objet ne fut traité par le Grand Conseil que ce 1er juin. Et entre-temps une nouvelle fois la ligne blanche a été franchie par le Conseil fédéral. En effet, le 4 mai dernier, l’IP lait déposait une nouvelle demande d’importation de 1000 tonnes de beurre.

C’est donc rebelotte et c’est juste scandaleux ! Alors qu’une plus grande demande aurait dû amener à une meilleure rétribution du prix du lait, on importe du beurre à prix cassé… Plutôt que de faire cela, il devrait modifier en profondeur le système que tout le monde sait malade, car nous assistons à des emplâtres sur une jambe de bois, posées de manière successive et toujours plus rapide.

Il faut impérativement sortir de cette pure logique de marché et rétribuer nos productrices et producteurs pour leur travail, de manière équitable. Ce système de rémunération du lait qui tient désormais plus du bricolage et du rafistolage que d’un système cohérent, intelligent, permettant des conditions de vie décentes pour nos productrices et producteurs.
Pour sortir de ce cercle infernal, nous pensons qu’il faut agir sur deux axes : très rapidement, utiliser toutes les possibilités d’orientation du marché laitier afin de ne pas recourir aux importations de beurre étranger. Et en parallèle, enclencher une refonte en profondeur du système de rétribution du prix du lait.

C’est ce qui était demandé ce mardi 1er juin 2021, via une détermination que j’ai déposée et qui a été acceptée à l’unanimité moins une opposition.C’est dans ce sens que nous déposons la détermination suivante et vous remercions de la soutenir.

Pour plus d’information

Menu