Jargon administratif cantonal: grâce au FALC, plus simple donc plus clair

En décembre dernier, je déposais un postulat demandant l’utilisation d’un langage simplifié dans les documents émanant de l’administration cantonale. Une large majorité du Grand Conseil a renvoyé cette demande directement au Conseil d’Etat.

Dans toute entreprise, dans n’importe quelle branche, il y a un langage spécifique, un jargon et des abréviations, ce qui pose souvent des problèmes de compréhension pour toute personne extérieure. Mais il y a aussi des manières différentes d’écrire, de rédiger.

En Suisse, pas moins de 800’000 personnes rencontrent des difficultés pour comprendre un texte, soit près d’une personne sur dix. Or l’Etat se doit de se faire comprendre, avant tout de ses administré·e·s. Le langage FALC, pour FAcile à Lire et à Comprendre, basé sur les Règles européennes pour une information facile à lire et à comprendre, entend justement palier une écriture administrative trop souvent incompréhensible pour bon nombre de concitoyennes et concitoyens. Sans doute que le FALC est la version moderne de ce que disait le poète Boileau dans les années 1680 : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. »

Site internet de l’Etat de Vaud, correspondance administrative, notifications de jugements, ORP, police, domaine de la santé, et même musées. Il y a de très nombreux domaines dans le giron de l’Etat qui pourraient voir leurs textes simplifiés et ainsi simplifier la vie de nos concitoyennes et concitoyens.

Je remercie mes collègues du Grand Conseil qui, à une large majorité, ont renvoyé mon postulat directement au Conseil d’Etat. Cela permettra d’étudier rapidement les possibilités d’utilisation du langage simplifié pour certains documents importants, leur possible généralisation et sans doute d’accélérer son usage au bénéfice de l’ensemble de la population.

Menu